À propos

Historique

À l’hiver 2014, à la suite d’une lecture sur l’accouchement naturel, une citoyenne décide qu’il est temps que des actions soient mises en oeuvre pour que l’Abitibi-Témiscamingue bénéficie de services de sages-femmes. Quelques coups de téléphone et courriels plus tard, une dizaine de personnes manifestent leur intérêt à s’impliquer dans un comité qui soutient le libre-choix en matière d’accouchement, mais également de suivi de grossesse. Une première rencontre a lieu en mars et, le mois suivant, le comité s’attribue un nom, soit Objectif Sages-Femmes Abitibi-Témiscamingue ou OSFAT. Ça dit tout!

Mission

Le comité Objectif Sages-Femmes Abitibi-Témiscamingue est composé de mamans et de papas bénévoles de différents horizons, unis par la conviction que l’expérience de la grossesse, de l’accouchement et de la naissance a un impact majeur dans la vie d’une femme, d’une famille et d’une communauté. C’est la raison pour laquelle ses membres s’impliquent afin que tous, allochtones et autochtones de notre région, puissent avoir accès aux services de sages-femmes et qu’ainsi les femmes aient le choix du type de suivi qui leur convient.

Souhaits

  • Que l’ASSSAT acceptent de soutenir notre projet;
  • Que la réflexion et la démarche d’implantation soient réalisées avec la participation du comité OSFAT et de toute partie intéressée;
  • Qu’un membre du comité participe au processus d’embauche du ou de la chargé(e) de projet destiné(e) à mettre en place les services sages-femmes;
  • Que les citoyennes et citoyens de la région s’approprient les services sages-femmes;
  • Que les sages-femmes répondent aux besoins tant des familles allochtones de toutes les origines que des familles autochtones.

Démarche

Voici les démarches entreprises par le comité à ce jour:

  • familiarisation avec la Politique québécoise de périnatalité 2008-2018 et ses engagements par rapport à l’accès aux sages-femmes;
  • familiarisation avec les différents organismes et regroupements en lien avec la périnatalité et la pratique sage-femme;
  • familiarisation avec les démarches et la structure administrative en lien avec l’implantation de services sages-femmes;
  • demande d’information auprès de l’Agence de la santé et des services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (ASSSAT);
  • prise de contact avec plusieurs intervenants dans le domaine de la pratique sage-femme (chargées de projet, sages-femmes, coordonnatrices d’organismes comme l’Ordre des sages-femmes du Québec ou le Regroupement des sages-femmes du Québec…)
  • visite du Toronto Birth Center avec Cheryllee Bourgeois, une des fondatrices du centre et sage-femme autochtone;
  • rencontre avec des représentantes du groupe Naissance-Renaissance, dont une sage-femme et une étudiante sage-femme, pour nous orienter dans notre démarche;
  • rencontre et membership du National Aboriginal Council of Midwives – Coalition Québec;
  • rencontre avec une représentante du Cree Health Board;
  • rencontre avec des médecins gynécologues de l’hôpital St-Sauveur de Val-d’Or;
  • rencontre avec le conseil d’administration du Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or;
  • lancement d’une pétition pour obtenir l’appui de la population;
  • récolte de lettres d’appuis de divers intervenants du développement régional.
  • envoi d’une demande à l’ASSSAT à l’effet qu’une ressource soit embauchée pour coordonner le déploiement des services de sages-femmes sur le territoire.

L’ASSSAT, devenue Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT), a répondu avec ouverture à la demande envoyée par OSFAT le 14 avril 2015, précisant qu’une personne prendrait en charge notre dossier. C’est finalement à l’automne 2015 qu’un directeur adjoint au programme jeunesse maternité, obstétrique, pédiatrie et sages-femmes (!) a été nommé au CISSS. Ce dernier a invité le comité OSFAT à une première rencontre le 20 janvier 2016.

Depuis ce premier contact, le CISSSAT s’est montré à l’écoute des demandes du comité Objectif Sages-Femmes Abitibi-Témiscamingue (OSFAT) et lui a assuré un suivi en ce qui concerne l’embauche d’une chargée de projet. Ainsi, deux autres rencontres ont eu lieu au fil de 2016 et la dernière rencontre remonte à janvier 2017.

Rappelons que le dossier de demande du comité OSFAT, remis au CISSSAT (alors encore l’ASSSAT) en avril 2015 et appuyé par plus de 1 000 personnes de l’Abitibi-Témiscamingue, avait comme principale requête l’embauche d’une ressource pour coordonner le déploiement des services de sages-femmes sur le territoire. Ainsi, le CISSSAT a procédé, début juin 2017, à l’envoi d’une demande de financement au ministère de la Santé et des Services Sociaux (MSSS) pour l’embauche d’une chargée de projet. Il a ensuite fait l’annonce de la réponse positive du MSSS le 19 octobre 2017.

Le CISSSAT doit donc entamer le processus d’embauche sous peu, avec la collaboration du Regroupement Les Sages-Femmes du Québec (RSFQ) et OSFAT. Nous souhaitons qu’une chargée de projet soit sélectionnée rapidement et qu’elle entame son mandat en 2017. Rappelons que l’Abitibi-Témiscamingue est l’une des trois seules régions du Québec où aucun service sages-femmes n’est accessible, avec le Nord-du-Québec et la Côte-Nord.